La sortie des patients, un levier financier insoupçonné

in Healthcare, 18.12.2015

Attendre et faire la queue est une source importante d’insatisfaction, indépendamment du domaine d’activité. Optimiser la gestion des files d’attente, par l’utilisation d’un modèle mathématique basé sur des lois de probabilité, par exemple, procure de nombreux avantages. Tout d’abord, par la diminution du temps d’attente, la satisfaction des utilisateurs augmente, tout comme l’efficience des collaborateurs. La communication entre les employés et les clients est également améliorée, les flux étant mieux maîtrisés. Tous ces éléments tendent vers un même et unique objectif : diminuer les coûts ou augmenter les revenus.

Ces concepts, très utilisés dans le domaine de l’économie privée, peuvent-ils également être repris dans d’autres domaines, comme celui du secteur hospitalier ? Y a-t-il un risque que l’utilisation de notions de l’économie privée péjore la qualité des services dans le domaine des soins ?

Dans le cas de la gestion du flux de patients, je ne crois pas, bien au contraire. En effet, une optimisation de la gestion des malades permet notamment de réduire le temps d’attente, de désengorger certains services, de décharger le personnel de soins et d’utiliser les ressources de la manière la plus appropriée possible en fonction de l’urgence et de la pathologie. En repensant le chemin du patient, il est possible de rendre un hôpital plus efficient.

Pour prendre un exemple concret, une amélioration de la gestion des sorties permet d’actionner des leviers financiers insoupçonnés. En effet, très souvent, les sorties des patients ont lieu tout au long de la journée, et uniquement cinq ou six jours sur sept, par manque de planification anticipée. Les conséquences financières sont donc considérables et se répercutent sur les recettes et les charges. Si une sortie a lieu le soir, le lit ne peut pas être préparé le jour même pour un nouveau patient, et ne peut ainsi pas être « vendu » deux fois, ce qui engendre des pertes au niveau des recettes. Ainsi, aucun patient supplémentaire ne peut être traité et les capacités, qui pourraient être réduites par une compression des séjours, doivent être maintenues. Les sorties tardives engendrent également des coûts supplémentaires liés par exemple aux inefficiences, aux repas ou aux frais de nettoyage supplémentaires.

Dans un contexte d’augmentation des coûts et de concurrence entre hôpitaux qui devrait encore s’intensifier ces prochaines années, seuls les meilleurs ou les plus compétitifs trouveront ou garderont leur place. Il devient donc essentiel pour chacun de réfléchir à optimiser le fonctionnement des structures pour en améliorer les revenus ou en diminuer les coûts.

 

hc-ertraege-und-kosten-580px

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

 

 

Informations complémentaires:

 


Leave a Reply

Your email address will not be published.